Déjouer la douleur

Stick-handling the pain

Photography of Darcy RotaDarcy Rota connaît bien la douleur.

Ses nombreuses cicatrices de chirurgies aux épaules et au dos en témoignent. Il a aussi pratiqué un style de hockey rude dans la LNH pendant une décennie, notamment pour les Canucks de Vancouver, l’équipe de sa ville natale.

« Malgré une longue carrière, je n’avais jamais eu de problème de genoux », révèle le résident de Vancouver, maintenant âgé de 67 ans.

Il y a quatre ans, une forte douleur s’est sournoisement installée dans son genou, alors que l’ancien athlète profitait de la retraite. Darcy adorait promener le chien en famille et jouer au golf, mais ces activités sont inévitablement devenues problématiques.

« J’ai appris à m’y faire et à vivre avec, mais c’était difficile. J’ai rongé mon frein pendant presque deux ans. »

Lorsque Darcy a finalement consulté un professionnel, les mots prononcés dans la salle d’examen ont étourdi le membre du Temple de la Renommée des sports de la Colombie-Britannique..

« J’étais sous le choc. Je n’en croyais pas mes oreilles. Au début, je ne savais pas trop vers qui me tourner. Le docteur m’a dit que mon genou était pratiquement os sur os; qu’il ne me restait plus de cartilage. »

Photography of Darcy RoatEn quittant le cabinet, Darcy était déboussolé. Il ruminait toutes les choses qu’il ne serait probablement plus jamais capable de faire. S’il commença à porter une attelle au genou, ce qui l’aida un peu, la solution optimale était beaucoup plus drastique. Il avait besoin d’une arthroplastie du genou.

« J’ai appelé mon chirurgien aujourd’hui pour le remercier à nouveau. Ça fait deux ans qu’il m’a opéré et je peux maintenant dire que je vis sans douleur. Il m’a pratiquement redonné ma vie d’avant. »

Le premier ailier gauche de l’histoire des Canucks à avoir enfilé 40 buts en une saison est catégorique : il a été chanceux. Il n’a attendu que trois mois avant de subir sa chirurgie et elle a considérablement amélioré sa qualité de vie.

Aujourd’hui, il souhaite redonner au suivant et empêcher que d’autres personnes vivent avec la douleur inutile qu’il a endurée.

« Si c’était à refaire, je n’attendrais pas aussi longtemps avant de consulter un professionnel. J’ai appris à la dure. Maintenant, si je peux donner un coup de main à la Société de l’arthrite en faisant de la sensibilisation, ça en aidera peut-être d’autres. J’aimerais ça. »