Les personnes atteintes de douleur chronique qui bénéficient du soutien d’autrui éprouvent une douleur de moins grande intensité, sont moins susceptibles d’être frappées d’une invalidité associée à la douleur, sont moins nombreuses à souffrir de dépression et d’anxiété, disposent de moyens plus efficaces de composer avec la douleur, ont une meilleure qualité de vie, en général. En deux mots, les gens qui bénéficient du soutien de leur famille et de leurs amis peuvent mieux composer avec la douleur que les autres. Voici quelques moyens d’aider les gens qui composent avec des douleurs :

  • Soyez un modèle positif : Prévoyez des activités sociales et physiques ensemble. Il est difficile de changer ses habitudes ou des comportements acquis. Le soutien de la famille et des amis est très important pour enclencher ce processus.
  • N’oubliez pas de faire preuve de souplesse : Les personnes qui vivent avec la douleur hésitent souvent à prendre des engagements parce qu’elles ne savent pas comment elles se sentiront. Il faut donc se montrer compréhensif et flexible avec les gens qui souffrent de douleurs chroniques.
  • Organisez des activités amusantes : Une personne qui éprouve de la douleur peut parfois avoir l’impression que sa vie est en veilleuse. Prenez les choses une journée à la fois, mais organisez régulièrement des activités amusantes. Celles-ci peuvent être plus courtes en raison de la douleur. Par exemple, votre ami ou votre proche préférera peut-être prévoir une aventure de quelques heures plutôt que toute une journée d’activités.

Il y a trois types de soutien que vous pouvez offrir un à un membre de votre famille ou à un ami qui vit avec de la douleur chronique ou persistante :

Soutien affectif

Les gens qui vivent avec la douleur considèrent généralement le soutien affectif comme le type de soutien le plus utile. Voici quelques moyens de faire en sorte que votre proche se sente aimé et accepté.

  • Écouter sans juger. Parfois, tout ce dont les gens ont de besoin est un exutoire au stress quotidien.

  • Être encourageant. Remarquez et renforcez les changements positifs qui se sont produits grâce aux efforts de votre proche. Par exemple, si votre ami s’est mis à l’aquaforme, vous pourriez lui souligner toutes les améliorations que vous avez remarquées depuis qu’il a commencé.

À éviter

La pitié. Peu de gens veulent être pris en pitié, et la pitié des autres peut renforcer les émotions et les perceptions négatives. L’empathie est de beaucoup préférable à la pitié.

La culpabilité. Votre proche devra peut-être parfois annuler des plans à la dernière minute en raison de la douleur. Il est important de comprendre et de ne pas le culpabiliser. Offrez de modifier vos plans (p. ex., regarder un film à la maison au lieu d’aller faire une promenade) ou de remettre vos projets à plus tard.

Prenez soin de vous aussi​

Un grand nombre des recommandations que vous faites à votre ami ou à votre proche s’applique probablement aussi à vous. Assurez-vous de bien manger, de faire de l’activité physique, de passer du temps avec votre famille et vos amis et de prendre le temps de sortir et de vous amuser.

Soutien physique

Demandez à votre proche s’il y a des choses que vous pouvez faire pour lui faciliter la vie. Par exemple : 

  • Aider avec les tâches ménagères ou les courses.
  • Aider avec le transport. Les personnes qui vivent avec la douleur chronique peuvent avoir de la difficulté à se déplacer.
  • Aider à la préparation de ses rendez-vous médicaux, par exemple en l’aidant à dresser une liste de questions. Vous pouvez également l’accompagner au rendez-vous et prendre des notes. Les médecins peuvent donner beaucoup d’information en peu de temps. Une autre paire d’oreilles peut donc être très utile.

À éviter​

Évitez de prendre en charger toutes les tâches et toutes les corvées. Même si votre but est d’offrir votre soutien, vous pourriez en fait réduire le sentiment d’indépendance de votre proche et sa confiance en ses capacités. Il est préférable de déterminer ce que la personne est en mesure de faire et de répartir les tâches en conséquence. N’oubliez pas que l’arthrite et la douleur persistante sont épisodiques. Il est donc normal que les capacités d’une personne changent périodiquement

Information

Plus vous en savez sur ce que vit votre proche, plus vous saurez quoi faire pour l’aider. Les ressources d’apprentissage de la Société de l’arthrite est un excellent point de départ.

D’autres mesures que vous pouvez prendre :

  • Rappeler à votre proche ce qui a fonctionné par le passé.

  • Vous renseigner au sujet d’enjeux pertinents

  • Adhérer à un groupe de soutien

À éviter​

Ne donnez pas de conseils que votre proche n’a pas demandés et ne lui faites pas des rappels de façon trop insistante. Laissez toujours votre proche prendre les devants. 

Ces renseignements vous ont-ils été utiles?