Que sont les inhibiteurs de JAK et comment aident-ils à traiter l’arthrite?

Peut-être avez-vous déjà entendu le terme « ARMM » lorsqu’il est question des traitements contre l’arthrite. Ce sigle signifie « antirhumatismaux modificateurs de la maladie ». Ces médicaments contribuent à combattre les effets de l’arthrite et ils prennent plusieurs formes. Les ARMM conventionnels de synthèse, comme le méthotrexate, sont souvent parmi les premiers médicaments utilisés pour traiter les personnes atteintes d’une forme d’arthrite inflammatoire (p. ex., la polyarthrite rhumatoïde). Les ARMM « biologiques » sont des médicaments créés à partir de cellules vivantes, capables de cibler des protéines spécifiques ou des signaux du système immunitaire. Enfin, il existe aussi les ARMM de synthèse ciblés (ARMMsci), à savoir de petites molécules qui peuvent cibler des molécules précises. La forme la plus récente de ces médicaments s’avère une option supplémentaire dans le traitement de l’arthrite.

Les inhibiteurs de JAK

Quand on parle des ARMM, on entend souvent le terme « inhibiteur ». Un inhibiteur est un médicament qui inhibe une fonction dans le corps humain. Certains ARMM peuvent prévenir une partie spécifique de la réponse inflammatoire, c’est à dire, arrêter ou empêcher les processus susceptibles de déraper et de nuire à l’état des articulations. Un nouveau type d’ARMM, de la catégorie des ARMM de synthèse ciblés, bloque certains enzymes de la famille des Janus kinases (JAK) qui se trouvent dans notre système. Il s’agit des inhibiteurs de JAK.

Les inhibiteurs de JAK agissent en ciblant une voie du système immunitaire. Ainsi, lorsque les agents inflammatoires appelés cytokines communiquent avec le reste du système immunitaire, le médicament aide le système à bloquer les signaux. Cela peut arrêter la progression de la maladie chez les personnes atteintes d’une arthrite inflammatoire.

Utilisation des inhibiteurs de JAK

Il existe aujourd’hui quelques inhibiteurs de JAK sur le marché canadien. Ces médicaments sont uniques, car contrairement aux ARMM biologiques qui sont uniquement administrés par perfusion ou par injection, on peut les trouver sous forme de comprimés ou de cachets. De cette façon, les inhibiteurs de JAK se présentent comme une solution de rechange pour les personnes qui ne tolèrent pas les injections et les perfusions.

Comme c’est le cas de nombreux ARMM, les inhibiteurs de JAK peuvent prendre un certain temps avant d’agir. Il faut effectivement attendre de quelques semaines à quelques mois avant de pouvoir apprécier leur plein effet. À mesure qu’un plus grand nombre de ces médicaments font leur arrivée sur le marché, ils sont susceptibles d’être considérés comme un traitement de nouvelle génération pour les personnes qui seraient normalement de bons candidats pour un traitement biologique.

Ces renseignements vous ont-ils été utiles?
Current rating: 3,2 (10 ratings)