L’incidence de l’évolution du paysage de l’emploi sur les jeunes chercheurs d’emplois atteints d’arthrite

Une bonne préparation pour l’avenir peut aider les jeunes atteints d’arthrite qui font leur entrée sur le marché du travail à demeurer employables à mesure que celui-ci évolue. Pour mieux comprendre à quoi pourrait ressembler l’avenir du travail, les chercheurs analysent les tendances, font des projections et réfléchissent à ce que l’on peut faire aujourd’hui pour se préparer aux besoins en main-d’œuvre dans les années à venir.

« “L’évolutivité” est la mise en œuvre de politiques et de programmes dans le présent qui peuvent préparer les gens, les organisations ou les gouvernements aux changements prévus à l’avenir, explique le Dr Arif Jetha, un scientifique de l’Institute for Work & Health de Toronto qui dirige une étude sur le sujet. L’objectif est d’accroître sa résilience et de se préparer. »

Qu’est-ce que cela signifie pour les jeunes atteints d’arthrite? Ils doivent réfléchir aux façons de maintenir un emploi à long terme en tenant compte aussi bien de leur santé que de l’évolution du marché du travail. Cet article explorera certains facteurs clés qui touchent à l’évolution du marché du travail et qui peuvent être particulièrement pertinents pour les jeunes lorsqu’ils entrent sur le marché du travail ou y progressent.

Utilisation accrue des technologies numériques de pointe

Alors que la technologie continue d’évoluer à grande vitesse, les machines commencent à apprendre au rythme des humains. L’intelligence artificielle (IA) permet aux machines de réaliser des tâches de plus en plus complexes. Selon le Dr Jetha, certains des changements prévus sur le marché du travail pourraient être bénéfiques pour les personnes ayant des problèmes de santé. Par exemple, l’utilisation accrue de robots intelligents dans le milieu de la fabrication pourrait signifier qu’une personne ayant des limitations physiques n’a plus besoin de réaliser des tâches manuelles.

« Au lieu de cela, elle pourrait être appelée à utiliser des compétences cognitives et de résolution de problèmes et à travailler davantage en collaboration avec des machines, ajoute-t-il. En même temps, on craint que la robotique ne crée des inégalités supplémentaires — l’accès à des emplois où [une personne] peut utiliser ses capacités cognitives pourrait être plus difficile à obtenir. Il y a donc souvent deux facettes à cette situation. »

La nature changeante du travail

En tentant de prédire l’avenir du travail, les chercheurs examinent les chocs qui pourraient avoir une incidence sur l’économie, comme les changements climatiques ou une crise de santé publique. Par exemple, la pandémie de COVID-19 a rapidement changé la donne de façon radicale. Elle a entraîné la perte d’emplois, la mise à pied temporaire ou la réduction du revenu de nombreuses personnes. Les lieux de travail qui ont pu continuer à fonctionner ont dû prendre des mesures pour s’adapter aux conditions changeantes. « Beaucoup de personnes handicapées demandent depuis des décennies des ententes de travail à domicile, et on leur a toujours dit “ce n’est pas possible, nous ne faisons tout simplement pas les choses de cette façon dans notre entreprise”, mais moins d’une semaine après que la pandémie a frappé, les entreprises avaient déployé des lieux de travail virtuels », affirme le Dr Jetha.   La pandémie de COVID-19 a été un choc pour le système qui a créé une nouvelle normalité. D’autres forces motrices à grande échelle pourraient survenir à l’avenir.

En 2017, l'Association des professionels en ressources humaines et Deloitte ont corédigé un rapport sur l’avenir de la main-d’œuvre canadienne. Ce document continue de sonner vrai aujourd’hui dans sa description de deux résultats potentiels pour les entreprises canadiennes alors qu’elles s’adaptent au changement. Dans l’un des scénarios, « Les grandes structures organisationnelles rigides sont remplacées par des arrangements souples qui créent des travailleurs autonomes dans une économie à la demande stable où la participation d’une population active est élevée ». D’un autre côté, « les structures organisationnelles pourraient ne pas arriver à s’adapter aux nouvelles réalités, ce qui empêcherait les entreprises de soutenir la concurrence et aurait pour effet de frustrer et d’aliéner les travailleurs ».  

 

La croissance de l’économie à la demande

Le Dr Jetha souligne que la pandémie de COVID-19 a révélé la vulnérabilité de certains secteurs, comme le commerce de détail et l’hôtellerie. Pour les jeunes qui entrent sur le marché du travail, les emplois précaires sont souvent la norme : du travail contractuel ou à temps partiel assorti d’avantages sociaux en santé limités, voire inexistants. « La pandémie mondiale a accru la précarité et aggravé les inégalités qui existaient déjà ». Selon les recherches du Dr Jetha, une étude récemment financée par la Société de l’arthrite auprès de plus de 300 jeunes atteints de maladies rhumatismales a révélé que 72 % d’entre eux craignaient de se retrouver au chômage ou de perdre leur emploi et que 53 % craignaient que la technologie les rende superflus. Au moment de la rédaction de cet article, cette recherche est toujours en cours et les résultats n’ont pas encore été publiés. 

L’économie à la demande a connu une croissance importante au cours des dernières années, avec une augmentation du nombre de travailleurs occasionnels effectuant des projets à court terme comme entrepreneurs, pigistes ou travailleurs autonomes utilisant une plateforme numérique pour la livraison de nourriture ou le covoiturage. Ces emplois temporaires sont souvent moins bien rémunérés que les emplois à temps plein et n’offrent pas souvent d’avantages sociaux non prévus par la loi, lesquels peuvent être très importants pour les personnes atteintes d’arthrite.

Alors que moins de postes permanents à temps plein sont disponibles en raison de l’économie à la demande, le rapport de Deloitte décrit certains avantages associés à ce genre de travail. Les participants à l’économie à la demande « sont à la fois employés et travailleurs autonomes; ils prévoient leur travail non pas selon l’horaire de l’entreprise, mais en fonction de leur propre disponibilité ». Cela peut être avantageux pour les personnes atteintes d’une maladie épisodique comme l’arthrite qui cause des poussées de symptômes.

L’économie à la demande « modifie aussi la nature d’une carrière, car les gens peuvent facilement travailler pour plusieurs entreprises à la fois ». Avoir plusieurs sources de revenus pourrait être un avantage potentiel si un emploi est à risque. Quoi qu’il en soit, Deloitte prévoit que la croissance de l’économie à la demande, qui élimine la notion d’« un emploi/un employé/un employeur », forcera les entreprises et les gouvernements à s’adapter à cette nouvelle main-d’œuvre, dans certains cas en se départant « carrément des grandes structures organisationnelles hiérarchiques ».   

Importance grandissante des compétences générales

Le Dr Jetha cite des rapports d’organisations comme le Forum économique mondial (en anglais) qui examinent des compétences particulières qui sont actuellement demandées par les employeurs ou le seront à l’avenir. Un sondage en particulier a été mené auprès de gestionnaires de personnel et d’autres décideurs dans plus de 300 grandes entreprises comptant plus de 15 millions d’employés au total. « Les compétences professionnelles qui, selon eux, seront en demande au cours des cinq prochaines années comprennent l’acquisition active de nouvelles compétences et stratégies d’apprentissage, la créativité, l’innovation, l’originalité, la conception technologique, la pensée critique et l’analyse ».

Autrement dit, si vous êtes un jeune atteint d’arthrite et que vous planifiez votre carrière, quel que soit votre domaine, le fait de mettre l’accent sur la créativité, l’apprentissage actif et la réflexion analytique peut vous aider à demeurer agile et en demande sur le marché du travail. « L’apprentissage tout au long de la vie semble être un thème très important dans la discussion sur l’avenir du travail », souligne le Dr Jetha. Être capable de cerner et de démontrer ces compétences, et avoir la volonté d’accepter les changements et les nouvelles possibilités d’apprentissage peut vous aider à demeurer concurrentiel dans le processus d’embauche.

Pour plus de renseignements sur l’emploi et l’arthrite, consultez la page Web sur l’arthrite et le travail de la Société de l’arthrite. 

Ces renseignements vous ont-ils été utiles?