Rencontrez Michelle LaFlamme et Alex Fuentes de KneeKG, lauréats d’un des prix Idéateur

Meet the Ideators Behind KneeKG: Michelle LaFlamme and Alex Fuentes

Gagnants du prix Idéateur de la Société de l'arthrite du Canada

L’idée : KneeKG (en anglais), de Emovi
L’idéateur : Michelle LaFlamme et Alex Fuentes
La solution : Un outil dynamique qui permet de diagnostiquer l’arthrose du genou, en examinant les marqueurs biomécaniques lorsque le genou est en mouvement, afin d’élaborer des plans de traitement personnalisés.

Comme elle a participé à des activités sportives tout au long de sa vie, l’avocate et entrepreneure Michelle Laflamme considérait la douleur au genou comme faisant « partie de la vie ». Les problèmes de genou sont fréquents, et déterminer la véritable nature du problème est souvent un processus d’élimination pour les cliniciens, puisque personne ne peut voir à l’intérieur du genou.

Michelle LaFlamme and Alex Fuentes - Arthritis Ideator Award WinnerEn 2007, Laflamme a rencontré un groupe de chirurgiens orthopédiques et de chercheurs scientifiques du domaine biomédical, notamment Alex Fuentes, qui a aussi reconnu le besoin d’outils améliorés pour bien examiner le genou. On sait qu’un mauvais alignement d’un seul degré peut causer du stress sur le genou et il est impossible de le constater à l’œil nu ou dans les laboratoires de la marche. Ces médecins et ces chercheurs ont créé un appareil de test conçu pour examiner le genou de manière dynamique, déterminer quels sont les marqueurs biomécaniques qui indiquent les causes de la douleur et des symptômes. L’examen suggère en suite un plan de traitement ciblé et personnalisé.

Laflamme a fait part de son intérêt à acquérir et commercialiser l’appareil, connu sous le nom de « KneeKG ». Emovi est né en 2008 et Fuentes, qui fait partie de l’équipe de recherche, s’est joint à la jeune pousse.

« Les tests de KneeKG peuvent cerner le problème, suggérer un plan de traitement et déterminer si une opération est appropriée », affirme Fuenrtes. « Il a fait ses preuves pour réduire la douleur, améliorer les résultats et la qualité de vie. Au Canada, nous avons aussi démontré qu’il peut réduire les listes d’attente de personnes en attente de consulter un chirurgien. »

À l’heure actuelle, seulement 59 % des Canadiens ayant besoin d’une arthroplastie ont pu être opérés dans les délais recommandés de six mois, causant des douleurs inutiles et atroces. L’an dernier, plus de 75 000 Canadiens ont eu une arthroplastie du genou.

Aujourd’hui, KneeKG est commercialisé aux États-Unis, en Europe et au Canada, mais le remboursement des examens n’a toujours pas été approuvé au Canada. Laflamme et Fuentes prévoient utiliser l’argent du prix Idéateur de la Société de l’arthrite pour mettre sur pied un groupe d’experts qui pourra militer pour ce changement dans chaque province.

« Nous voulons y arriver pour les patients », dit Laflamme. « L’innovation dans la communauté médicale me passionne, car elle apporte de meilleurs soins aux patients et elle leur simplifie la vie. »

Et Fuentes ajoute : « De plus en plus, les lignes directrices cliniques appuient la valeur des biomarqueurs médicaux et le besoin de les évaluer avec des données objectives et précises. Pour nous, le soutien de la Société de l’arthrite du Canada est très important ».

« Pour nous, le soutien de la Société de l’arthrite du Canada est très important. »

Content divider