Hydroxychloroquine (HCQ)

Nom de médicament
Hydroxychloroquine (HCQ)

Nom(s) de marque
PlaquenilMD, génériques

Type de médicament
Antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM)

L’HCQ est un ARMM qui sert à traiter l’arthrite de type inflammatoire, comme la polyarthrite rhumatoïde et l’arthrite psoriasique.

  • Pour quelles formes d’arthrite l’HCQ est-elle utilisée?

    L’HCQ est un ARMM qui sert à traiter l’arthrite de type inflammatoire, comme la polyarthrite rhumatoïde et l’arthrite psoriasique.

  • Comment l’HCQ est-elle administrée?

    L’HCQ est prise par voie orale.

  • Quelle est la dose habituelle et à quel moment doit-on la prendre?

    L’HCQ est vendue sous forme de comprimés de 200 mg. La dose habituelle est de un à deux comprimés par jour (de 200 à 400 mg quotidiennement). Si vous prenez deux comprimés par jour, vous pouvez les prendre en même temps ou en prendre un le matin et l’autre le soir. La dose maximale d’HCQ que vous pouvez prendre dépend de votre poids. L’HCQ est souvent utilisée en combinaison avec d’autres médicaments, comme le méthotrexate (MTX) ou la sulfasalazine (SSZ).

  • Combien de temps faut-il pour que l’HCQ fasse effet?

    Comme c’est le cas de nombreux autres ARMM, les effets de l’HCQ ne se font pas ressentir tout de suite. La plupart des gens commencent à remarquer une différence environ six à huit semaines après le début du traitement. Cependant, il faut parfois attendre jusqu’à trois mois pour en ressentir les effets maximaux. Par conséquent, il est important de faire preuve de patience et de continuer à prendre votre médicament même si vous n’en ressentez pas les effets immédiatement.

  • Dans quelles circonstances devrais-je éviter de prendre de l’HCQ et téléphoner à mon médecin?

    Si vous avez des problèmes liés à la rétine de l’œil (voir plus loin), l’HCQ n’est peut-être pas le traitement approprié pour vous. Veuillez en discuter avec votre médecin. 

    Si vous remarquez des changements dans votre vision pendant que vous prenez de l’HCQ, arrêtez de prendre le médicament et communiquez sans tarder avec votre fournisseur de soins de santé. 

    Une personne ayant déjà fait une réaction allergique à l’HCQ devrait éviter de prendre ce médicament.

    L’HCQ est probablement compatible avec la grossesse. Une utilisation sécuritaire en a été faite dans un contexte clinique. Les données semblent indiquer que le médicament ne pose pas de risque important pour le fœtus. Plusieurs femmes continuent donc de le prendre pendant leur grossesse. Veuillez discuter des options de traitement avec votre fournisseur de soins de santé si vous prévoyez devenir enceinte ou le devenez.

  • Quels sont les effets secondaires de l’HCQ?

    L’HCQ est généralement bien tolérée. Les rares effets secondaires associés à l’HCQ comprennent des maux de ventre, de la diarrhée, des maux de tête et des étourdissements. L’HCQ peut également causer des éruptions cutanées, l’assombrissement de la peau et un bourdonnement dans les oreilles. Si vous avez une éruption cutanée ou un bourdonnement dans les oreilles pendant que vous prenez de l’HCQ, veuillez consulter votre fournisseur de soins de santé.

    L’HCQ peut rendre votre peau plus sensible au soleil, ce qui veut dire que vous pourriez attraper plus facilement des coups de soleil.

    Dans de rares cas, l’HCQ peut entraîner des problèmes de vision et affecter la rétine (le fond de l’œil). Les dépôts sur la cornée constituent le problème de vision le plus courant. Cela est habituellement associé à des doses quotidiennes élevées d’HCQ et rarement à des doses de 400 mg par jour ou moins. Les dépôts n’affectent pas la vision, mais peuvent causer une sensibilité à la lumière et faire apparaître des auréoles ou des anneaux autour des lumières. Dans de très rares cas, l’HCQ peut causer des dépôts au fond de l’œil (dépôts rétiniens). Si cela vous arrive, vous pourriez remarquer les signes suivants : vision trouble; visions nocturne et périphérique affaiblies; et difficulté à fixer votre regard sur quelque chose et à lire ou à voir des mots et des lettres. Vous pourriez également avoir l’impression qu’il manque des parties à certains objets. Les lésions à la rétine sont extrêmement rares dans les cas où la personne prend de l’HCQ depuis moins de deux ans. Toutefois, s’il y a lésions, celles-ci peuvent être permanentes. Il est donc essentiel de bien vous occuper de vos yeux.

  • Comment peut-on atténuer les effets secondaires?

    Prenez votre HCQ exactement de la manière prescrite. Prendre le médicament avec de la nourriture ou du lait peut aider à atténuer les maux de ventre. Votre peau pourrait être plus sensible au soleil lorsque vous prenez de l’HCQ, alors veillez à utiliser de l’écran solaire régulièrement.

    Il est recommandé de passer un examen ophtalmologique avant de commencer un traitement d’HCQ, puis périodiquement tout au long du traitement. Cela permettra de garantir que le médicament n’affecte pas votre vision et le fond de votre œil. Veuillez discuter de cela avec votre médecin avant de commencer à prendre de l’HCQ.

  • Dois-je être suivi pendant que je prends de l’HCQ?

    Votre fournisseur de soins de santé pourrait occasionnellement vous demander de passer des analyses sanguines pendant que vous prenez de l’HCQ. Votre fournisseur de soins de santé pourrait vouloir vous rencontrer régulièrement afin de déterminer si l’HCQ est efficace contre votre arthrite inflammatoire et si elle cause des effets indésirables.

    Des examens ophtalmologiques réguliers ne sont habituellement pas nécessaires durant les cinq premières années d’un traitement d’HCQ. Après la cinquième année, vous devrez passer un examen ophtalmologique annuellement. Si vous êtes à risque élevé de développer des problèmes oculaires pendant que vous prenez de l’HCQ, vous devrez peut-être passer un examen ophtalmologique tous les ans après avoir commencé votre traitement. Les facteurs de risque qui peuvent accroître la probabilité de tels problèmes comprennent les maladies du foie ou des reins, l’obésité, l’âge (60 ans et plus) et une maladie de l’œil préexistante.


Cette information a été mise à jour en novembre 2017, avec l’expertise de :

Jason Kielly B. Sc. (phm.), Pharm. D.
Professeur adjoint, école de pharmacie, Université Memorial de Terre-Neuve
Pharmacien clinicien, Programme de santé rhumatologique, Eastern Health

Retour à l'index des médicaments