Vous craignez de passer à un médicament biosimilaire? Voici ce que dit la recherche.

Monty Bartlett, de Richmond, en Colombie-Britannique, a commencé à prendre un médicament biologique d’origine pour son arthrite psoriasique en 2006, ce qui a permis de contrôler ses symptômes d’arthrite et son psoriasis. Lorsque la Colombie-Britannique a annoncé que les patients prenant un médicament biologique d’origine passeraient à un biosimilaire, Monty a choisi d’effectuer la transition le plus rapidement possible. Néanmoins, il avait quelques préoccupations.

« Je me suis demandé : “Est-ce que je vais régresser?” Mon médecin a très bien expliqué le processus, ce qui a facilité ma décision. Je me sentais très à l’aise d’effectuer le changement. »

Les médicaments biologiques et la transition

Les médicaments biologiques ont révolutionné le traitement des formes d’arthrite de type inflammatoire et ont redonné à de nombreux Canadiens leur qualité de vie. Lorsque vous vivez avec l’arthrite et que vous trouvez un médicament qui contrôle bien vos symptômes, il est compréhensible que vous ne vouliez pas changer quoi que ce soit! Mais vous n’avez pas à avoir peur d’un changement à votre prescription.

Pour les personnes qui prennent actuellement des médicaments biologiques pour gérer leur arthrite inflammatoire, il est prouvé que le passage d’un médicament biologique à un biosimilaire est sûr et efficace. Plusieurs provinces et territoires canadiens envisagent d’apporter des changements à leurs politiques sur la couverture des médicaments biologiques ou l’ont déjà fait, et la Société de l’arthrite est là pour s’assurer que vous recevez les réponses fiables et factuelles dont vous avez besoin pour comprendre ces changements et ce qu’ils signifient pour vous.

Que sont les médicaments biologiques et les biosimilaires?

Les médicaments biologiques sont créés à partir de cellules vivantes, comme des cellules bactériennes, des cellules de levure ou des cellules de plantes ou d’animaux, plutôt que d’être fabriqués chimiquement comme la plupart des autres médicaments. Ce sont de grands composés biologiques complexes, et ils agissent en bloquant les protéines problématiques. Cela apaise le système immunitaire et diminue la raideur, la douleur et d’autres symptômes de l’arthrite inflammatoire. Bien que coûteux, les médicaments biologiques sont utilisés depuis le début des années 1990. Le terme « médicaments biologiques » désigne à la fois les médicaments biologiques d’origine, c’est-à-dire les médicaments brevetés, et les biosimilaires.  

Les biosimilaires sont un type de médicament biologique. Lorsque le brevet d’un fabricant de médicament biologique expire, cela signifie qu’un autre fabricant (ou le même) peut produire une version très similaire de ce médicament biologique, appelé biosimilaire. Ce n’est pas une copie exacte, mais c’est très proche. Ces biosimilaires sont généralement moins chers que le médicament d’origine.  

« J’ai peur qu’un biosimilaire ne fonctionne pas aussi bien que mon médicament biologique [d’origine]. »

Les biosimilaires sont approuvés par Santé Canada et doivent respecter les mêmes normes réglementaires que les médicaments biologiques d’origine. La position de Santé Canada est la suivante : « Les patients et les fournisseurs de soins de santé peuvent avoir confiance en le fait que les médicaments biosimilaires sont efficaces et sécuritaires pour chacune de leurs indications autorisées. Nos normes rigoureuses pour l’autorisation signifient que vous pouvez avoir le même niveau de confiance en la qualité, l’innocuité et l’efficacité d’un médicament biosimilaire qu’en tout autre médicament biologique. » Selon l’exposé de position de la Société de l’arthrite : « Les biosimilaires, dont l’efficacité et l’innocuité ont été démontrées, ont un rôle à jouer dans les soins aux personnes atteintes d’arthrite inflammatoire et dans la prise en charge de leur maladie. »

« J’ai peur que le fait de passer de mon médicament d’origine à un biosimilaire entraîne un problème de santé. »

Bien que certaines personnes puissent avoir cette préoccupation, Santé Canada, la Société canadienne de rhumatologie et d’autres organismes de confiance ont confirmé qu’il est sécuritaire d’effectuer cette transition. Santé Canada déclare : « Aucune différence d’efficacité et d’innocuité n’est prévue à la suite d’un changement d’utilisation courante entre un médicament biosimilaire et son médicament biologique de référence pour une indication autorisée. » De même, dans son exposé de position, l’Association ontarienne de rhumatologie : « reconnaît que le passage à des fins non médicales d’un médicament biologique d’origine à un médicament biosimilaire pour des indications approuvées chez des patients atteints d’une maladie rhumatismale est sans danger et pourrait permettre au système de soins de santé d’économiser des ressources. » Vous pouvez bien sûr parler à votre rhumatologue si vous avez des préoccupations.  

Selon M. Bartlett, son biosimilaire est administré dans une clinique qui se trouve dans le même bâtiment que son ancienne clinique et depuis qu’il le prend, « il n’y a pas eu d’effets néfastes à ma connaissance, et l’une des dernières plaques de psoriasis qui restaient sur mon coude est même complètement disparue. »

« Je suis préoccupé par la nouveauté des biosimilaires et par le fait que nous n’en savons pas encore assez sur eux et sur la façon dont ils fonctionnent pour l’arthrite. »

Bien que les médicaments biosimilaires soient relativement nouveaux au Canada, ils sont approuvés ici depuis 2009 et leur utilisation pour le traitement de l’arthrite inflammatoire l’est depuis 2014. Les biosimilaires ont fait l’objet de recherches approfondies et sont utilisés en Europe depuis plus de 10 ans sans problèmes inattendus sur le plan de l’innocuité.

« Je crains de devoir me rendre dans une nouvelle clinique et de ne pas obtenir le soutien dont j’ai besoin. »

La continuité des soins est très importante. Au Canada, certains médicaments biologiques sont administrés par voie intraveineuse, c’est-à-dire par perfusion. Les utilisateurs se rendent dans une clinique établie par le fabricant (plutôt qu’à l’hôpital), et des groupes de soutien aux patients peuvent être offerts dans le cadre de ce processus. La Société de l’arthrite est d’avis que si les gouvernements provinciaux et territoriaux apportent des changements à leurs politiques sur la couverture des médicaments biologiques, cette transition doit se faire en douceur pour les patients. Si les patients passent à un biosimilaire, ils doivent bénéficier d’un programme de soutien semblable à celui auquel ils avaient accès auparavant.

« Pourquoi les provinces et les territoires apportent-ils ce changement à leurs politiques? »

Pour garantir la viabilité du système de soins de santé durable, les payeurs publics et privés apportent des changements à leurs politiques afin de réduire les prix des médicaments. L’une des façons d’y arriver consiste à accroître le recours aux biosimilaires : ces médicaments sont sûrs et efficaces, et ils sont généralement moins coûteux, ce qui pourrait permettre d’économiser des millions de dollars. Le Canada a été lent à adopter les biosimilaires comparativement à l’Union européenne et à d’autres régions du monde. Afin d’accroître le recours aux biosimilaires, les payeurs envisagent des changements stratégiques qui comprennent la transition des médicaments biologiques d’origine à des biosimilaires. À la lumière de l’expérience de l’Europe et d’autres pays, aucune différence n’est prévue par suite de la transition d’un médicament biologique d’origine à un biosimilaire. Les économies réalisées grâce aux biosimilaires permettront aux payeurs d’engager les coûts de nouveaux traitements et d’élargir l’accès aux médicaments.

Si vous ou un être cher vivez avec l’arthrite, vous savez à quel point il est important d’obtenir des renseignements à jour et fiables, et de défendre votre propre santé. Au fur et à mesure que les provinces et les territoires envisagent de passer aux médicaments biosimilaires ou effectuent cette transition, il est essentiel d’avoir des conversations éclairées avec vos fournisseurs de soins de santé. C’est aussi une bonne idée d’en apprendre davantage sur les biosimilaires en consultant des sources fondées sur des données probantes, comme l’outil d’apprentissage sur les médicaments biologiques de la Société de l’arthrite ou la fiche de renseignements sur les biosimilaires de Santé Canada

Ces renseignements vous ont-ils été utiles?
Current rating: 4,5 (8 ratings)