Arthroplastie de la cheville

 

Les chevilles supportent tout le poids du corps lorsque nous marchons, sommes debout ou courons. Parce que l’articulation de la cheville, relativement petite, supporte tant de poids, elle devient au fil du temps particulièrement vulnérable aux blessures et à la détérioration. Les blessures à la cheville peuvent prédisposer à l’arthrose. Les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde peuvent également présenter de la douleur et de l’inflammation chroniques à une cheville ou aux deux.
 
Pour traiter la douleur à la cheville, il y a deux options chirurgicales : l’arthrodèse (fusion de la cheville) et l’arthroplastie totale. Bien que la fusion de la cheville était jadis une option de traitement chirurgical courante, l’arthroplastie par remplacement est de plus en plus utilisée pour traiter la douleur chronique à la cheville. Cette ressource porte principalement sur cette dernière option.

Types d’opération

Fusion de la cheville (arthrodèse)

La fusion de la cheville est une intervention qui suppose de retirer l’articulation malade et de fusionner en permanence l’extrémité inférieure du tibia à l’os de la cheville (talus). Cette opération procure un soulagement considérable de la douleur, mais la personne qui la subit perdra la capacité de bouger la cheville.

Arthroplastie totale (remplacement)

Pour remplacer la cheville par une prothèse, le chirurgien commence par enlever les parties endommagées de l’articulation. Deux pièces de métal sont ensuite insérées dans les os de la jambe (l’une dans l’extrémité inférieure du tibia et l’autre dans l’os de la cheville, ou talus) pour former l’articulation de la cheville. Ces pièces de métal sont dotées d’un revêtement spécial qui permet aux os de la jambe d’y pousser, ce qui améliore la stabilité. La troisième pièce de la prothèse articulaire, qui est faite d’un plastique spécial, est insérée entre les deux pièces de métal et agit comme amortisseur, réduisant le frottement dans l’articulation et limitant l’usure. Le plastique s’enclenche habituellement dans la pièce métallique sous le tibia.

Quand opère-t-on la cheville?

Une chirurgie de la cheville est habituellement nécessaire en cas de douleur aiguë et de perte de fonction grave, et quand les autres traitements ne soulagent plus la douleur. Cela peut se produire si :

  • vous avez des antécédents de blessures graves à la cheville (entorses nombreuses et graves, fractures ou déchirures des ligaments) qui ont rendu votre cheville instable et causent des douleurs chroniques et de l’enflure;
  • vous avez reçu un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde et la maladie s’est attaquée à l’une de vos chevilles ou aux deux, causant des douleurs chroniques, une raideur et une perte de capacité fonctionnelle, et les traitements non chirurgicaux (comme les analgésiques, les anti-inflammatoires, la limitation des activités, le port d’une attelle de cheville, la modification des chaussures, l’application de chaleur et la physiothérapie) n’ont pas entraîné d’amélioration;
  • vous avez déjà subi une arthrodèse, mais l’intervention n’a pas éliminé entièrement ou définitivement vos symptômes, ou elle vous a causé d’autres problèmes qui limitent votre mobilité.

Efficacité

L’arthroplastie par remplacement de la cheville a gagné en popularité au fil du temps et a même été utilisée pour remplacer par de nouvelles prothèses les chevilles précédemment fusionnées.  

La durée de vie d’une prothèse de la cheville dépend de nombreux facteurs : le degré d’activité physique de la personne, son poids corporel, le type de prothèse et la technique chirurgicale utilisés, la compétence du chirurgien et la mesure dans laquelle le patient suit les recommandations des médecins durant sa convalescence. Bien qu’une prothèse articulaire puisse supporter de nombreuses années d’usure, il peut être nécessaire de la remplacer après un certain temps.

Risques

Il y a deux catégories de risques associées à une arthroplastie totale de la cheville.

  1. Les risques liés à l’opération et à la période de rétablissement peuvent inclure ceux qui suivent :
    • Caillots sanguins
    • Infection
    • Fracture osseuse
    • Saignement
    • Atteinte nerveuse
    • Guérison de la plaie difficile
    • Problèmes d’anesthésie
    • Dislocation de l’articulation artificielle
    • Réaction allergique aux composants de la prothèse (très rare)
 
  1. Il y a aussi des risques à long terme qui peuvent se déclarer des mois ou des années après l’opération :
    • Desserrage de la prothèse articulaire au fil du temps
    • Faiblesse de la cheville postopératoire
    • Infection dans la prothèse nécessitant son retrait
    • Raideur ou instabilité de la cheville

Parlez à votre médecin ou à votre chirurgien orthopédiste si vous avez des préoccupations au sujet des risques possibles de la chirurgie.  

Visite préopératoire

Dans la plupart des hôpitaux, on demande à rencontrer les patients devant subir une arthroplastie plusieurs semaines avant la date de leur opération pour faire le point sur la situation et les préparer à l’intervention. Demander à un proche de vous accompagner à cette consultation pour prendre des notes et poser des questions est une bonne idée. Si personne ne vous accompagne, vous pourriez avoir du mal à retenir la grande quantité d’information donnée et vous sentir submergé.

Pendant la visite préopératoire, l’équipe discutera du type d’anesthésie qui vous convient le mieux. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte, notamment votre âge, votre état de santé général et votre préférence. L’équipe pourrait vous suggérer une anesthésie locale afin que vous ne ressentiez rien dans la région de l’intervention. Avec cette option, on vous donnera des médicaments pour vous détendre. Vous vous endormirez peut-être même légèrement, mais vous respirerez par vous-même. Sinon, l’équipe pourrait vous proposer une anesthésie générale qui vous endormira complètement pendant l’opération. L’anesthésie générale nécessite l’insertion d’un tube dans votre gorge et l’utilisation d’un appareil respiratoire.

Préparation

Activité physique

Votre chirurgien peut vous conseiller d’effectuer régulièrement des exercices préopératoires. Certains de ces exercices visent à renforcer vos bras et vos épaules pour vous préparer à utiliser les béquilles ou une marchette après l’opération. D’autres ont pour but de renforcer les muscles de vos jambes. Ces exercices prennent environ 20 minutes et, idéalement, vous les ferez deux fois par jour.

Votre logement

Votre logement pourrait nécessiter certains changements afin de répondre à vos besoins après l’opération. Examinez les lieux afin de déterminer les améliorations à apporter à l’avance.

  • Enlevez les carpettes. Fixez au sol le rebord des grands tapis avec du ruban adhésif pour éviter de trébucher.
  • Assurez-vous que les pièces et les couloirs sont bien éclairés de manière à ce que tout obstacle soit visible.
  • Assurez-vous que toutes les rampes d’escalier, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de votre domicile, sont sécuritaires.
  • Dégagez l’espace de tout fil électrique.
  • Assurez-vous que votre lit n’est pas trop bas, car se coucher et sortir du lit n’est pas toujours facile après une arthroplastie.
  • Procurez-vous un tapis de bain (antidérapant) pour la baignoire ou la cabine de douche pour éviter de glisser pendant votre toilette. Un siège de bain pourrait aussi vous être utile. Achetez une éponge munie d’un long manche pour vous laver aisément les pieds sans avoir à vous pencher.
  • Regroupez tous vos accessoires de toilette — brosse à dents, peigne, sèche-cheveux, maquillage et rasoir — dans un seul endroit facilement accessible pour limiter les déplacements.

À quoi s’attendre après l’opération

Immédiatement après l’intervention

Certains patients rentrent chez eux le jour même, mais vous pouvez vous attendre à rester à l’hôpital un ou deux jours (peut-être plus si la chirurgie est compliquée). Immédiatement après la chirurgie, vous devrez garder votre pied élevé. Vous ne devrez pas mettre de poids sur la nouvelle articulation de votre cheville et devrez utiliser des béquilles pour vous déplacer pendant au moins quatre à six semaines après l’intervention chirurgicale. 

Se déplacer

Le jour de votre opération ou le lendemain, on vous encouragera à sortir du lit avec de l’aide. On vous apprendra également à utiliser des béquilles ou une marchette de manière sécuritaire. Vous devrez éviter la mise en charge pendant les deux premières semaines, c’est-à-dire que vous NE devrez PAS mettre de poids sur votre pied opéré.

Après l’intervention, vous ressentirez probablement une certaine gêne qui devrait s’atténuer au fil des jours, des semaines et des mois suivants. Vos traitements de physiothérapie commenceront à l’hôpital, où vous serez encouragé à effectuer des exercices simples au lit les premiers jours après votre opération.

Quitter l’hôpital

Vous pourriez obtenir votre congé de l’hôpital le jour même de la chirurgie, ou dans les deux jours suivant celle-ci. Vous aurez un plâtre ou une botte de soutien lorsque vous quitterez l’hôpital. La botte de soutien sera amovible et faite de mousse ou de coussins d’air qui soutiendront votre pied. Vous ne devrez retirer la botte qu’au besoin et seulement si votre chirurgien dit qu’il est sécuritaire de le faire. 

Vous aurez votre congé de l’hôpital quand vous pourrez marcher en toute sécurité avec des béquilles ou une marchette et que votre douleur sera maîtrisée.  

Si vous avez besoin de plus de services de thérapie ou si vous avez des problèmes de santé pouvant compliquer votre rétablissement, on pourrait vous transférer dans un centre ou une unité de réadaptation.

Rétablissement continu

Appelez votre chirurgien ou votre médecin de famille si :

  • votre température est supérieure à 38 °C (101 °F);
  • vous remarquez un changement dans la quantité, la couleur ou l’odeur des écoulements de la plaie ou vous ressentez une douleur accrue et soudaine dans la région de l’incision;
  • vous remarquez une augmentation de la douleur, de l’enflure ou de la sensibilité dans la cheville de l’une ou l’autre de vos jambes;
  • vous remarquez que l’une de vos jambes est pâle ou bleutée;
  • vous remarquez que l’une de vos jambes est anormalement froide au toucher;
  • vous éprouvez soudainement de la difficulté à marcher.

Il faut habituellement compter au moins six mois pour un rétablissement complet après une arthroplastie de la cheville. Cependant, dans les cas compliqués, le rétablissement peut durer un an ou plus. Si votre douleur à la cheville ou d’autres symptômes sont attribuables à l’arthrite inflammatoire, votre rétablissement pourrait exiger plus de temps que la moyenne et un certain degré de douleur ou d’invalidité pourrait subsister.

La peau qui recouvre votre pied et votre cheville, y compris la zone de votre incision, restera sensible pendant un certain temps après votre chirurgie. Cela signifie que la peau pourrait se décomposer facilement, ce qui peut parfois conduire à une infection. Essayez d’éviter de marcher pieds nus ou en sandales ouvertes pour éviter la dégradation de la peau.  

Il est important de porter des chaussures adéquates, que ce soit avant ou après votre arthroplastie de la cheville. Après l’intervention, porter de bonnes chaussures favorise l’alignement du pied et assure une démarche optimale, vous empêchant d’exercer une pression excessive sur la nouvelle articulation et d’autres parties du corps (genoux, hanches et bas du dos).

Si vous avez acheté et porté des chaussures spéciales et des semelles orthopédiques avant l’intervention, vous constaterez peut-être, au fil de votre rétablissement, qu’elles ne vous vont plus comme avant. Demandez conseil à votre chirurgien. Vous devriez également éviter les chaussures avec un talon supérieur à 2,5 cm. Les talons trop hauts exercent une pression excessive sur la cheville.

Vivre avec une prothèse de la cheville

Votre chirurgien et le physiothérapeute vous expliqueront ce que vous devez et ne devez pas faire pour que votre cheville guérisse correctement. N’hésitez pas à leur faire part de vos préoccupations personnelles. De manière générale, voici les précautions à prendre pendant les six à huit semaines suivant l’intervention :

  • Vous pouvez poser le pied au sol lorsque vous vous levez, mais n’exercez pas de pression sur votre jambe opérée quand vous marchez.
  • Lorsque vous vous asseyez, gardez le pied élevé en le posant sur une surface quelconque (p. ex., un tabouret).
  • Évitez de laisser pendre la jambe et le pied opérés trop longtemps.
  • Lorsque vous vous couchez, posez le pied sur un oreiller afin qu’il soit plus haut que votre cœur.

Même si une arthroplastie totale de la cheville peut aider à réduire la douleur et à améliorer la fonction, ne vous attendez pas à ce que votre nouvelle cheville soit aussi forte et souple que lorsque vous étiez jeune, avant qu’elle soit blessée ou touchée par la maladie. Il est important de suivre les recommandations du chirurgien afin de vous rétablir de manière optimale et de protéger votre nouvelle articulation. Pour ce faire, vous devrez peut-être réduire ou changer vos activités physiques après l’intervention.

Title goes here!!

Collaboratrice

Ces renseignements ont été mis à jour en septembre 2019 grâce à l’expertise des personnes suivantes :

Dr Johnny Lau
Chirurgien orthopédiste, UHN — Hôpital Toronto Western
Professeur adjoint, Université de Toronto

Dr James Rofaiel
Chirurgien orthopédiste
 

Sources

http://www.orthop.washington.edu/patient-care/articles/ankle/total-ankle-replacement-surgery-for-arthritis.html
https://myhealth.alberta.ca/health/AfterCareInformation/pages/conditions.aspx?HwId=acd5781