Vous êtes ici : Accueil >

Recherche

Research

Investir dans la recherche sur l’arthrite afin de créer un avenir meilleur pour les femmes

L’innocuité des médicaments biologiques pendant la grossesse

Mary De Vera, Ph. D., Université de la Colombie-Britannique

Les percées : Bien que les médicaments biologiques (médicaments novateurs fabriqués à partir de cellules vivantes) aient transformé le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR), il est nécessaire d’approfondir la recherche sur leurs avantages et leurs risques pour la santé des femmes enceintes. Les chercheurs ont démontré que la prise de médicaments biologiques avant et durant la grossesse n’est pas associée à des naissances prématurées ni à des bébés de faible poids : deux complications obstétricales importantes.

L’avenir : Il s’agit d’une étape importante pour comprendre l’innocuité et l’incidence des médicaments biologiques pendant la grossesse. Des recherches supplémentaires aideront les femmes atteintes de PR à prendre des décisions éclairées concernant leur traitement dans le cadre de leur planification familiale.

Pour en apprendre davantage sur la recherche menée par Mme De Vera.

La douleur arthritique touche les femmes différemment

Jason McDougall, Ph. D., et Melissa O’Brien, Université Dalhousie

Les percées : Bien que la plupart des médicaments contre la douleur prescrits aujourd’hui agissent sur l’inflammation, la douleur de certaines personnes atteintes d’arthrite est plutôt liée à des lésions nerveuses. Cela est particulièrement vrai chez les femmes. Les chercheurs se sont penchés sur la douleur causée par les lésions nerveuses et ont démontré l’efficacité accrue chez les femmes d’une substance ayant le potentiel de devenir un médicament dissipant la douleur d’origine neurologique.

L’avenir : Cette étude aide à démontrer pourquoi l’efficacité des médicaments analgésiques actuels peut être limitée chez les femmes (qui sont plus atteintes d’arthrite que les hommes) et pourrait mener à un nouveau traitement mieux ciblé contre la douleur.

Les femmes, l’arthrose du genou et la mobilité

Questions et réponses avec Monica Maly, Ph. D., Université de Waterloo

L’étude, corédigée par Anthony Gatti et Nick Brisson de l’Université McMaster, et supervisée par Monica Maly, Ph. D., professeure agrégée du département de kinésiologie de l’Université de Waterloo, portait sur les femmes, puisque ces dernières sont plus susceptibles que les hommes de développer l’arthrose du genou et que la maladie a souvent de plus grandes répercussions sur leur mobilité.

Les percées : L’étude a révélé que sur deux ans, la mobilité des femmes atteintes de douleur accrue et ayant peu de confiance en leurs capacités s’était empirée, indépendamment de leur force musculaire au niveau du genou.

Pour en apprendre davantage sur cette étude, cliquez ici.

Discover More