Vous êtes ici : Accueil > Retombees en mouvement

Assez c’est assez : l’histoire d’Annie Lévesque

Enough is enough: Annie Lévesque’s story

Annie Lévesque, 42 ans, est mère de deux adolescents. Elle a reçu un diagnostic d’arthrose à 18 ans et un autre de polyarthrite rhumatoïde à l’âge de 32 ans. Aujourd’hui, elle peine à marcher l’équivalent d’un kilomètre.

En mars 2020, au tout début de la pandémie de COVID-19, le médecin d’Annie l’a avisé qu’elle allait devoir subir un remplacement articulaire des deux hanches. « Lorsque j’ai appris que le temps d’attente pour l’opération était d’un an, j’étais estomaquée et très découragée », dit-elle. Depuis, le temps d’attente pour les arthroplasties a augmenté de manière exponentielle en raison de la pandémie. Le temps d’attente pour le remplacement des hanches d’Annie pourrait augmenter d’une ou deux années.

Les conséquences de ce délai sont importantes pour Annie et pour bien d’autres Canadiens comme elle. « Le fait que mon opération soit mise sur pause est désastreux pour moi » affirme-t-elle. « Si nous devons attendre encore davantage, de nombreuses personnes vivant avec de la douleur comme moi n’auront peut-être pas la santé requise pour passer sous le bistouri lorsque le moment sera finalement venu. »

En plus de la douleur et la mobilité restreinte avec lesquelles elle vit quotidiennement, Annie doit aussi composer avec les conséquences financières qu’entraîne ce délai. Les coûts des antidouleurs, des traitements, des médicaments, des aides et des ajustements quotidiens continuent de s’accumuler.

Après avoir participé à un webinaire de la Société de l’arthrite sur les opérations reportées, Annie s’est sentie inspirée et outillée pour en parler. Elle a joint sa voix à celle de 4 000 autres Canadiens qui ont demandé aux gouvernements provincial et fédéral de trouver des solutions aux délais d’attente pour les arthroplasties qui affectent les personnes atteintes d’arthrose.

Grâce à votre soutien, la Société de l’arthrite continuera à défendre la cause auprès des gouvernements provincial et fédéral afin de donner la priorité aux arthroplasties et réduire les temps d’attente inacceptables pour les Canadiens comme Annie. Apprenez-en davantage en visitant arthrite.ca/defensecause.