Conseils pour la création d’un groupe de soutien

Les personnes qui ont des problèmes de santé chroniques comme l’arthrite sont souvent confrontées à de nombreux défis. Si c’est votre cas, vous éprouvez probablement de la douleur, de la peur face à l’avenir et peut-être des changements dans vos capacités. Il peut être très effrayant de gérer tout ça par vous-même. C’est pourquoi beaucoup de gens se tournent vers un groupe de soutien pour obtenir de l’aide. Le partage d’expériences et la résolution de problèmes avec les autres peuvent être d’excellents moyens d’acquérir un sentiment de contrôle personnel et de discuter de certains des problèmes qui ont une incidence sur votre qualité de vie. 

Un groupe de soutien peut aider à apaiser le sentiment d’isolement et offrir une tribune pour discuter de défis qu’il peut vous être difficile d’aborder dans d’autres contextes. Le soutien mutuel peut mener à de nouvelles amitiés ainsi qu’à un sentiment accru d’acceptation, d’appartenance et d’estime de soi.

Si vous souhaitez créer un groupe de soutien, mais que vous ne savez pas comment vous y prendre, voici quelques conseils pour vous aider à partir du bon pied.

Faire fonctionner un groupe de soutien

Les gens adhèrent à un groupe de soutien pour parler de leurs expériences, de leurs idées, de leurs défis et de leurs réussites liés à une préoccupation commune, comme l’arthrite. Les membres d’un groupe de soutien travaillent ensemble pour diriger le groupe et prendre des décisions, tout en assumant la responsabilité de créer un environnement encourageant et inclusif.  

Pour qu’un groupe de soutien fonctionne, il doit comprendre des personnes qui :

  • Savent ce qu’est la vie avec l’arthrite
  • Se soucient des autres et les acceptent
  • Veulent aider les autres et être aidés
  • Partagent leur attitude optimiste
  • Sont disposés à participer et à partager les tâches liées à l’organisation du groupe
  • Veulent tenter leur chance et lancer le groupe

Les premiers pas

Pour lancer votre groupe, trouvez une ou deux autres personnes qui veulent vous prêter main-forte et vous aider à explorer des idées pour votre groupe de soutien. Commencez par déterminer combien de personnes vous voulez accueillir dans le groupe, si les membres de la famille ou les proches aidants peuvent en faire partie et comment vous rejoindrez et trouverez de nouveaux membres. Ensuite, pensez à l’endroit où vous vous réuniriez. (Une maison? Un centre communautaire? Un café?), au moment et à la fréquence de vos rencontres, et à la durée de celles-ci. Voir à la « logistique » dès le début peut faciliter l’organisation d’un groupe de soutien.

Les membres du groupe

Pensez à la façon dont vous interagirez avec les membres du groupe dès ses débuts : Y aura-t-il des portes-noms? Une feuille de présence? Un message de bienvenue pour accueillir les membres? Déterminez ce que vous ferez ou direz au début de chaque séance afin que les gens se sentent les bienvenus, et comment vous répondrez aux préoccupations des membres. Chacun a un rôle à jouer pour assurer le succès du groupe, que ce soit en assistant aux séances et en y participant activement, ou en aidant à la préparation de café ou de thé pour le groupe.

Répondre aux besoins des membres

Maintenant que vous avez fait l’essentiel, il est temps de réfléchir à la façon dont votre groupe répondra aux besoins de ses membres. Au début, il est très important de savoir pourquoi les membres assistent aux rencontres et ce qu’ils s’attendent à en tirer afin que le groupe puisse répondre au besoin de ses membres, y compris vous-même. Il est important d’encourager l’humour, car le rire est un bon remède!  Une blague ou une histoire appropriée est toujours appréciée et peut être un bon moyen d’ouvrir ou de clore une séance. Les membres restent plus souvent impliqués dans leur groupe lorsqu’ils en retirent un sentiment d’amitié et de cohésion. Le groupe doit apporter à ses membres un sentiment d’appartenance et d’unité.

Programmes du groupe

Personne ne veut que les réunions de son groupe de soutien deviennent ennuyeuses et prévisibles. Le contenu des séances ainsi que la façon dont elles sont menées doivent être variés pour offrir « quelque chose de nouveau ». Chaque séance devrait comporter des aspects familiers, comme un mot de bienvenue et une pause-café, ainsi que quelque chose de nouveau, comme une portion créative ou des invités. Vous pourriez utiliser une variété de moyens pour alimenter votre discussion, tels que de courts exposés, des vidéos, des activités artistiques ou des séances de remue-méninges. Vous devriez également inclure du temps pour des démonstrations, comme des recommandations sur la vie quotidienne ou des exemples d’exercices.

Établissement des lignes directrices du groupe

Il peut être utile de discuter en groupe des lignes directrices que vous aimeriez établir pour assurer des discussions respectueuses et inclusives. Il peut s’agir notamment de partager le temps de parole, d’éviter le jugement, de parler de son expérience personnelle, d’éviter de dire aux autres quoi faire, etc.  De plus, même si la vie avec l’arthrite peut être difficile, il est important de maintenir l’optimisme en tant que groupe. Si le partage des difficultés est un élément important du soutien entre pairs, personne ne veut se sentir plus mal à son départ qu’à son arrivée.

Ne vous oubliez pas vous-même

Il faut du courage pour accepter un nouveau défi. Si cela ne fonctionne pas à votre premier essai, ne vous en faites pas! Les gens qui connaissent le plus de succès vivent aussi des échecs parce qu’ils sont prêts à prendre des risques et à essayer quelque chose de nouveau. Personne ne peut vous blâmer si vous avez fait de votre mieux. S’il s’agit de votre première tentative de créer un groupe, assurez-vous de prendre soin de vous-même durant tout le processus, de jeter les bases de votre groupe et d’en assurer le maintien (planification, coordination, recrutement des membres). Mais surtout, déléguez des responsabilités aux autres membres! Ils seront peut-être heureux d’aider et pourraient même devenir eux-mêmes des leaders à l’avenir.

Démarrer et diriger un groupe de soutien peut être un excellent moyen de rencontrer de nouvelles personnes dans votre communauté et d’aider les autres tout en obtenant de l’aide en retour. Apprenez-en davantage sur le rôle de l’interaction sociale dans la gestion des maladies chroniques en lisant notre module d’apprentissage en ligne sur La santé mentale et le bien-être

Ces renseignements vous ont-ils été utiles?