Une nouvelle adepte de la collecte de fonds prouve qu’il n’est jamais trop tard pour se mettre à marcher – ou pour changer la donne

Marilyn Belec Bittman n’a jamais aimé prendre son temps. Membre primée de l’industrie du cinéma pendant 32 ans, elle a travaillé à l’Office national du film, a dirigé sa propre entreprise (Mobius Media) et a aidé à fonder la section canadienne de Women in Film and TV, à Toronto.  
 
Marilyn Belec BittmanRester active s’avère bénéfique pour Marilyn, maintenant que cette octogénaire vit avec l’arthrite. Elle fait de l’exercice, marche, assiste à des pièces de théâtre, des spectacles de danse et des conférences avec ses amis, laisse libre cours à sa créativité dans la cuisine et passe du temps avec son mari et sa famille. 
 
Lorsque Marilyn a reçu son diagnostic d’arthrite il y a dix ans, elle a décidé de ne pas laisser la maladie perturber sa vie. « Quand on a l’arthrite, il ne faut pas s’arrêter. Il faut faire ses exercices et prendre soin de son corps », explique-t-elle. Elle s’est inscrite à un programme d’entraînement de type militaire de huit semaines et participe à des ateliers de la Société de l’arthrite pour l’aider à gérer sa douleur. Elle s’entraîne avec des bâtons de marche afin d’augmenter sa mobilité et d’améliorer sa santé physique générale. 
 
Après avoir lu des bulletins d’information et des courriels sur la Marche contre la douleur, Marilyn a décidé de s’impliquer. Marcher peut être un défi considérable pour une personne à mobilité réduite et il était question d’un parcours de cinq kilomètres! Mais elle tenait à fonder une équipe — MAB for Her Dad — en l’honneur de son défunt père, qui a vécu de nombreuses années avec la polyarthrite rhumatoïde, et est devenue une porte-parole pour la Société de l’arthrite, demandant à sa famille et ses amis de l’appuyer. Les efforts de collecte de fonds de Marilyn ont commencé à porter leurs fruits, ce qui l’a motivée à faire appel à un plus grand nombre de connaissances et à s’entraîner en prévision de l’événement. Quand le jour de la Marche est arrivé, elle a été ravie de constater que son état physique et mental s’était amélioré et qu’elle avait dépassé son objectif de collecte de fonds fixé à 2 500 $. 
 
Le simple fait d’ouvrir une porte lourde avec une cane et un paquet dans les bras peut être difficile! » 
 
Se déplacer à pied et vaquer à ses activités quotidiennes dans le brouhaha du centre-ville peut poser des défis importants pour les personnes dont la mobilité est réduite en raison de l’arthrite. « Le simple fait d’ouvrir une porte lourde avec une cane et un paquet dans les bras peut être difficile, affirme Marilyn. C’est un sentiment magnifique que de voir un jeune souriant offrir son aide. » Pour la plupart des gens, la douleur chronique de l’arthrite est invisible. Des gestes simples, comme ouvrir une porte ou offrir son siège, peuvent grandement aider une personne qui vit avec la douleur.  
 
Des Canadiens des quatre coins du pays ont participé à la Marche contre la douleur et recueilli plus de 1,1 million de dollars pour appuyer la recherche et les programmes essentiels. Avec le soutien de sa fille, de ses amis, de ses bâtons de marche et de son gros bouvier appelé Luke, Marilyn a fini la Marche avec style!  
 
Marilyn prouve qu’il n’est jamais trop tard pour se mettre à marcher – ou pour changer la donne. 

Ces renseignements vous ont-ils été utiles?