La douleur de l’arthrite inspire de la générosité créative

Voici une histoire qui traverse les frontières. C’est l’histoire de parfaites inconnues unies par la générosité et l’altruisme.

Au printemps dernier, Susan Strader, une infirmière à la retraite de 72 ans qui vit à Nanoose Bay, en Colombie-Britannique, s’est mise à fabriquer des masques pour aider les membres de sa communauté à rester en sécurité durant la pandémie. Elle recevait les commandes sur les médias sociaux et les remettait à ses clients de façon sécuritaire dans le stationnement d’un café local.

C’est là qu’elle a rencontré Sara Goff, 42 ans, qui lui avait commandé des masques. Susan remarqua tout de suite le t-shirt jaune vif de la Société de l’arthrite que portait Sara. Il y était écrit : « L’arthrite ne m’arrêtera pas ».

« J’ai une amie qui adorerait ce t-shirt. Il me le faut », dit en blaguant Susan à sa nouvelle cliente. Cette amie, c’est Bernadine Rogers, 49 ans, une résidente d’Iqaluit, au Nunavut.

Bernardine et Susan ont travaillé ensemble en Arctique oriental, et leur amitié a grandi au fil des ans. Même lorsque Susan s’est installée en Colombie-Britannique il y a cinq ans, les deux amies ont gardé le contact. Bernardine a récemment commencé à raconter, sur les réseaux sociaux, son combat avec la polyarthrite rhumatoïde, une maladie auto-immune débilitante.

Sans hésiter, Sara est retournée dans sa voiture changer de chandail, puis a gentiment offert le vêtement à Susan, pour son amie.

« On m’a donné le t-shirt en 2019 quand j’ai fait du bénévolat pour la Marche de l’arthrite de la Société de l’arthrite, à Parksville. Je l’ai fait pour soutenir ma mère, qui souffre d’arthrose et qui s’implique beaucoup dans la communauté. Elle siégeait ausur le comité organisateur de la Marche », explique Sara.

Bernadine a été très touchée par sa générosité.

« Quand Susan m’a raconté ce qui s’était passé, j’ai commencé à pleurer. Je n’ai jamais entendu parléer d’une personne qui avait fait quelque chose comme ça pour un parfait inconnu. Son geste dit tout; il y a tellement de bonté dans le monde. »

Bernadine, qui travaille pour le ministère de la Santé du Nunavut, n’arrive pas à trouver le bon médicament pour maîtriser ses symptômes. Elle souffre presque continuellement depuis cinq ans.

« Des fois, c’est difficile de rester positive; l’acte de bonté de Sara a vraiment aidé », dit-elle.

Susan a récemment fait don des profits de ses ventes de masques à la Société de l’arthrite, au nom de Sara et en honneur de sa gentillesse.

Et ça a été au tour de Sara d’être émue.

« Je suis juste contente d’avoir fait la journée de quelqu’un, d’avoir fait en sorte qu’elle se sente un peu mieux. »

Il n’y a pas l’ombre d’un doute que c’est ce qu’elle a fait.

Ces renseignements vous ont-ils été utiles?