#LarthriteNeMarrêteraPas : L’histoire de Jennifer

Jennifer Ingimundson n’avait pas prévu de devenir courtière d’assurance. Elle n’avait pas non plus prévu de développer l’arthrite.

Jennifer a eu une enfance très active, à Winnipeg, où elle pratiquait plusieurs sports. Son but étant de devenir photographe sportive, elle a étudié la photographie au Red River College après avoir obtenu son diplôme du Pierre Elliott Trudeau College. C’est tout à faire par hasard qu’elle a découvert l’assurance, un domaine qui la passionne vraiment. Quant à l’arthrite, elle ne la passionne pas tout à fait autant. C’est le moindre qu’on puisse dire.

« J’avais 19 ans quand j’ai reçu mon diagnostic de polyarthrite rhumatoïde », se rappelle-t-elle.

« J’ai été malade durant un voyage scolaire en Europe, et à mon retour, j’avais mal et je me sentais fatiguée. Ma mère a remarqué que ma main et mes genoux étaient enflés, et que ma posture empirait. »

Le dépistage préliminaire n’a rien révélé de concluant, mais une prise de sang ultérieure a confirmé ce que le docteur soupçonnait : elle avait l’arthrite.

« Je me suis dit : “Ça ne se peut pas.” J’étais jeune, je menais une vie active. Je croyais que l’arthrite était une maladie de vieux. J’étais démolie. Je me suis demandé comment la maladie allait affecter ma vie et mes activités sportives », dit-elle.

Elle a commencé un traitement médicamenteux intensif et, à un moment donné, elle prenait plus de 15 pilules par jour. Son rhumatologue et sa mère lui ont suggéré de s’inscrire à un groupe de soutien pour les personnes arthritiques, mais son père pensait que cela risquerait de la faire entrer dans un cycle de pensées négatives plutôt que de l’encourager à aller de l’avant.

« Il m’a conseillé de continuer de pratiquer du sport au plus haut niveau. Je jouais à la ringuette de niveau AA comme gardienne et j’étais laceuse dans une équipe de balle rapide de niveau A, explique-t-elle. Voilà comment j’ai géré la maladie au début. J’ai été déprimée pendant quelque temps, mais heureusement, je m’en suis remise. »

Son père lui a aussi suggéré de faire du yoga pour gérer la douleur, mais Jennifer étant encore jeune, elle ne l’a pas écouté.

« Finalement, quand j’approchais la trentaine, j’ai décidé de suivre son conseil. Si seulement je l’avais fait avant », regrette-t-elle.

Aujourd’hui, Jennifer a 35 ans et est mère d’un beau garçon de deux ans, Markus. En plus, elle joue encore à la ringuette et dans une ligue de balle lente pour les femmes.

« L’arthrite ne m’a pas arrêtée et elle ne m’arrêtera pas. Elle m’a ralentie et a dressé plusieurs obstacles sur mon chemin au cours de ces 16 dernières années, mais j’ai persévéré et je suis très reconnaissante de la vie que j’ai aujourd’hui. » 

Ces renseignements vous ont-ils été utiles?
Current rating: 4,1 (7 ratings)