Entrevue menée avec Alan Low, B.Sc. (Pharm.), Pharm. D., pharmacien agréé, ACPR, RCHSP, CCD
Pharmacien de soins primaires et chef de pharmacie, pharmacie BioPro Biologics 
Professeur clinicien agrégé à la Faculté des sciences pharmaceutiques de l’Université de la Colombie-Britannique

De nombreuses personnes âgées prennent une variété de médicaments pour différents besoins, les plus courants étant les médicaments cardiovasculaires. Ils peuvent également prendre des anticoagulants ou des médicaments pour les troubles de l’humeur, les problèmes gastro-intestinaux, les problèmes de sommeil et la gestion de la douleur, entre autres. Les médicaments utilisés pour gérer l’arthrite peuvent chevaucher ceux-ci ou s’y ajouter. En fait, environ le quart des aînés au Canada ont une prescription pour 10 types de médicaments différents et les deux tiers s’en font prescrire au moins cinq.  

Prendre plusieurs médicaments pour gérer votre santé peut être intimidant, mais Rayonnez est là pour vous aider. Alan Low, pharmacien de soins primaires et professeur agrégé clinique à la Faculté des sciences pharmaceutiques de l’Université de la Colombie-Britannique, se spécialise dans les médicaments rhumatologiques et ceux pour la santé des os et l’ostéoporose. Il a parlé avec Rayonnez des interactions médicamenteuses, du cannabis médicinal et plus encore. 

Risques d’interactions

Pour les personnes âgées atteintes d’arthrite, M. Low fait remarquer que les antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM) peuvent affecter le système immunitaire et ralentir la progression de la maladie. Cela signifie que les autres médicaments associés à un risque accru d’infection ou à l’affaiblissement du système immunitaire peuvent entraîner un risque accru. Les médicaments que l’on administre en perçant la peau, comme les injections d’insuline pour les diabétiques, en sont un exemple. M. Low affirme également que les reins des personnes âgées ne fonctionnent pas aussi bien, et puisque ceux-ci jouent un rôle actif dans l’élimination des composés chimiques présents dans les médicaments, la posologie des traitements pourrait devoir être modifiée pour réduire le risque d’effets secondaires. « Avec le temps, le corps devient plus sensible aux médicaments et moins résilient, explique M. Low. Dans sa jeunesse, une personne peut avoir pris un médicament sans problème, mais en tant que personne âgée, le même médicament peut produire des effets secondaires. »

M. Low ajoute qu’il y a d’autres risques à prendre en considération. L’alcool peut affecter le foie et interagir avec les médicaments, de sorte que les personnes âgées devraient discuter de leur consommation d’alcool avec leur médecin et leur pharmacien. Ceux-ci peuvent leur fournir des conseils et ajuster la dose de leurs médicaments en conséquence. Il est également important qu’elles informent leur médecin et leur pharmacien des médicaments en vente libre qu’elles prennent, surtout si elles en font une utilisation quotidienne, car ils pourront leur indiquer les interactions possibles. Par exemple, une personne qui prend un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) comme l’ibuprofène, l’AAS ou le naproxène devrait en informer son équipe de soins de santé au cas où on lui prescrirait un AINS supplémentaire pour la gestion de la douleur arthritique. Il est également important d’informer votre médecin si vous changez la dose des médicaments en vente libre que vous prenez. 

Cannabis médicinal 

Un traitement médicamenteux « implique un pharmacien qui peut vous expliquer comment l’utiliser et répondre à toutes vos questions, affirme M. Low, mais ce n’est pas le cas du cannabis médicinal ». Il note que lorsqu’une personne reçoit l’autorisation de prendre du cannabis médicinal, elle commande son cannabis et le fait livrer à son domicile, ce qui signifie qu’elle a moins d’occasions de poser des questions. Si votre médecin n’a pas le temps de vous conseiller ou de vous éduquer sur la consommation de cannabis, M. Low recommande de demander des renseignements supplémentaires à un autre médecin qui prendra le temps de discuter du cannabis médicinal avec vous. Les cliniques spécialisées de bonne réputation ou certaines pharmacies peuvent aussi fournir des conseils sur le cannabis. 

Comme pour les médicaments en vente libre et l’alcool, vous devriez discuter de votre consommation de cannabis avec votre médecin. S’il vous autorise à utiliser du cannabis médicinal, il remplira un document médical indiquant une quantité et une dose quotidienne maximale. ll est important de commencer par une petite dose et d’augmenter celle-ci lentement jusqu’à ce que vous trouviez la dose qui vous convient. Veillez aussi à vous informer des effets secondaires possibles. Vous pouvez en apprendre plus en consultant la page Web sur le cannabis médicinal de la Société de l’arthrite. 

Respecter la dose recommandée 

M. Low affirme que la chose la plus importante pour les personnes âgées — et pour tout le monde — est de respecter la dose prescrite. « À moins que quelqu’un comprenne vraiment le médicament et sa maladie, dit-il, il peut être difficile de prendre la décision d’arrêter son traitement ou de réduire ou d’augmenter la dose. »  Il recommande de demander de l’aide en s’adressant à un médecin ou à un pharmacien, ou en téléphonant au service d’infosanté ou à la ligne 811 locale. Certains médicaments prennent plus de temps à faire effet que d’autres, comme les ARMM biologiques. Les aînés qui essaient un nouveau médicament doivent donc savoir à quel moment faire un suivi avec leur équipe soignante. 

Les personnes âgées peuvent en apprendre davantage sur les interactions possibles entre leurs médicaments en parlant à leur pharmacien : « Ils sont des experts en médicaments ayant suivi une formation professionnelle dans ce domaine », explique M. Low. Vous pouvez aussi en apprendre davantage sur les médicaments liés à l’arthrite dans le Guide sur les médicaments de la Société de l’arthrite.  

Ces renseignements vous ont-ils été utiles?