Il va sans dire que l’alcool joue un rôle important dans la vie de bien des adultes : un verre du vin au souper, un mème rigolo partagé sur les médias sociaux, une visite de microbrasserie avec des amis. Mais quand vous vivez avec l’arthrite, l’alcool peut poser problème, et votre médecin vous conseillera probablement de boire avec modération ou encore de renoncer complètement à l’alcool. Examinons de plus près quelques aspects clés de la relation entre l’alcool et l’arthrite. 

L’alcool et ses interactions avec les médicaments contre l’arthrite

Un grand nombre des médicaments qui aident à gérer les symptômes de l’arthrite ne font pas bon ménage avec l’alcool. Ceux-ci comprennent les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène (vendu sous des noms de marque comme Advil et Motrin) et le naproxène (Aleve) parce que ces médicaments augmentent le risque d’ulcères de l’estomac et de saignements. Combiner l’alcool et des médicaments comme l’acétaminophène (Tylenol) ou les médicaments contre la polyarthrite rhumatoïde comme le méthotrexate (Trexall) ou le léflunomide (Arava) peut vous exposer à un risque accru de lésions au foie. 

L’alcool, l’arthrite et la gestion du poids

Perdre du poids est un moyen de réduire la pression subie par vos articulations et de soulager vos symptômes de l’arthrite. Or, l’alcool contient des « calories vides » parce qu’il présente peu d’avantages nutritionnels, voire aucuns. Réduire votre consommation d’alcool ou vous abstenir complètement d’en prendre est un moyen de surveiller votre apport calorique. En outre, des études récentes donnent à penser que boire enverrait des signaux au corps qui vous inciteraient à manger davantage et à consommer un plus grand nombre d’aliments salés et très gras. 

Les effets de l’alcool sur le sommeil

La fatigue et un sommeil perturbé peuvent faire partie de la vie avec l’arthrite, et on sait que l’alcool peut réduire la qualité et la quantité de notre sommeil. Même si vous vous endormez plus rapidement après un verre, l’alcool perturbe le rythme du corps et les substances chimiques qui vous aident à rester endormi ou à dormir d’un sommeil réparateur. L’alcool détend également les muscles de la gorge, ce qui vous rend plus susceptible de ronfler et de souffrir d’apnée du sommeil. De plus, l’alcool est un diurétique et peut vous emmener à vous réveiller plus souvent pour aller aux toilettes. 

La relation entre l’alcool et la goutte

Si vous avez la goutte, vous savez que les niveaux d’acide urique dans votre sang sont directement liés à la maladie. L’alcool, et surtout la bière, les boissons fortement alcoolisées et certains vins, augmente les niveaux d’acide urique. C’est pourquoi on conseille aux personnes atteintes de goutte de limiter leur consommation d’alcool ou d’omettre complètement d’en consommer. 

L’alcool et la santé mentale

Composer avec les symptômes d’arthrite peut vous rendre plus sujet à la fatigue, à l’anxiété ou à la dépression. Rappelez-vous que l’alcool est un dépresseur, ce qui veut dire qu’il ralentit les zones de votre cerveau qui régissent le comportement et la pensée. Ainsi, vous tourner vers l’alcool pour composer avec des problèmes de santé mentale peut finir par empirer votre humeur générale. 

Certaines personnes qui vivent avec l’arthrite trouvent facile de réduire leur consommation d’alcool quand elles constatent son effet sur la gestion de leurs symptômes, tandis que d’autres vivent plus difficilement cette transition. Pour savoir comment effectuer des changements sains, adressez-vous à votre équipe de professionnels des soins de l’arthrite.

Ces renseignements vous ont-ils été utiles?