Des Canadiens contribuent à l’élaboration de nouvelles directives sur le traitement de l’arthrite ju

Plusieurs rhumatologues et professionnels de la santé canadiens ont joué un rôle de premier plan dans l’élaboration de nouvelles directives sur le traitement de l’arthrite juvénile (AJ). Publiées aujourd’hui par l’American College of Rheumatology (ACR), ces directives seront sans doute observées par des rhumatologues du monde entier. 

Ces directives, qui constituent une primeur dans ce domaine, retiennent surtout l’attention parce qu’elles approuvent l’usage des traitements biologiques pour l’AJ. L’annonce de leur publication coïncide avec la clôture du Mois de l’arthrite juvénile, campagne nationale de sensibilisation menée chaque année en mars.

Les directives sur le traitement de l’AJ ont été élaborées par une équipe internationale dont font partie entre autres les rhumatologues canadiens suivants :

  • Ronald M. Laxer, MDCM, FRCPC, Université de Toronto et The Hospital for Sick Children, Toronto.
  • Ciaran M. Duffy, MBBCh M.Sc., Université McGill, Montréal.
  • Rayfel Schneider, MBBCh FRCPC, Université de Toronto et The Hospital for Sick Children, Toronto.
  • Earl D. Silverman, MD FRCPC, Université de Toronto et The Hospital for Sick Children, Toronto.

« La recherche a montré qu’un diagnostic précoce et un traitement ciblé sont essentiels pour assurer aux enfants atteints d’AJ une vie active et productive », indique le Dr Ronald Laxer, pédorhumatologue au Hospital for Sick Children de Toronto et collaborateur à la rédaction des directives. « Ces directives constitueront un outil factuel inestimable qui aidera les professionnels de la santé à offrir le meilleur traitement à leurs patients. »

Au Canada, l’AJ touche environ un enfant de moins de 16 ans sur 1000, ce qui en fait une des maladies chroniques les plus répandues chez les bébés, les tout-petits, les enfants et les jeunes adultes. L’AJ provient d’un dérèglement du système immunitaire, qui ne reconnaît plus certains tissus sains de l’organisme et les attaque. Elle se manifeste par l’inflammation de certaines articulations et d’intenses douleurs. Ces douleurs peuvent empêcher les enfants atteints d’aller à l’école ou de participer à des activités courantes comme les sports ou les loisirs. Selon la gravité de la maladie, certains enfants atteints présentent une croissance irrégulière voire une déficience physique.
          
« L’annonce d’aujourd’hui marque une percée emballante dans le domaine des soins pour l’AJ et confirme le rôle de chef de file que joue le Canada dans la recherche sur l’arthrite à l’échelle mondiale », déclare Steven McNair, président et chef de la direction de la Société de l’arthrite. « Il est important de souligner qu’au moins quatre des auteurs des directives ont bénéficié du financement de la Société de l’arthrite pour mener leurs travaux. Cette réalisation illustre merveilleusement bien les répercussions capitales que peuvent avoir nos contributions dans la quête de traitements plus efficaces et de moyens pour guérir l’arthrite. »

La Société finance actuellement une Initiative nationale de recherche sur l’AJ. Ce projet d’envergure réunit plus de 50 collaborateurs de douze centres médicaux de tout le Canada. Ces scientifiques cherchent à savoir si des facteurs génétiques ou des aspects du mode de vie ou du milieu peuvent aider à prédire certains résultats de l’AJ, par exemple les lésions articulaires et la diminution de la qualité de vie. 

Les nouvelles directives sur le traitement de l’AJ paraîtront dans le numéro d’avril d’Arthritis Care & Research, revue officielle de l’ACR. Pour lire le communiqué complet publié aujourd’hui par l’ACR (en anglais), visitez le site www.rheumatology.org

À propos de la Société de l’arthrite

La Société de l’arthrite est le principal organisme caritatif du domaine de la santé au Canada qui encourage les plus de quatre millions de personnes arthritiques au pays à profiter pleinement de la vie, leur donnant des moyens concrets pour combattre les limites que la maladie peut imposer au quotidien. Au cours des 60 dernières années, la Société a investi plus de 170 millions de dollars dans des projets de recherche visant à élaborer des traitements plus efficaces et à trouver un jour un moyen de guérir la maladie.

- 30  -

Retour aux nouvelles