Des organismes de charité partagent espace et services pour amortir les coûts opérationnels et accroître leur efficacité

1 mars 2017

Les déménagements de bureaux qui ont lieu ce printemps à Calgary et à Ottawa entre trois grands organismes de charité ne sont que les plus récentes mesures entreprises par la Société de l’arthrite et ses partenaires du secteur caritatif du domaine de la santé pour mieux répondre à leurs besoins communs en matière d’infrastructure et réaliser des économies opérationnelles.

À Ottawa, la Société de l’arthrite se joint à la Société canadienne de la sclérose en plaques (SP) et à Diabète Canada pour réunir leurs bureaux en un seul lieu. À la suite de déménagements semblables à Regina et à Winnipeg, la Société partage maintenant ses locaux de Calgary avec la Société de la SP. Les deux organisations maximisent les aires communes pour créer une « plaque tournante », tout en conservant leurs missions, leurs programmes et leurs initiatives de financement distincts. Cette mesure stratégique permet à chacune des organisations de réduire les coûts indirects, de profiter de l’espace partagé et de consacrer une plus grande part de l’argent des donateurs à la mission et aux programmes qui ont une incidence directe sur la population servie.

« Nous nous efforçons toujours de maximiser les retombées des dons dans la vie des personnes atteintes d’arthrite, souligne Janet Yale, présidente et chef de la direction de la Société de l’arthrite. À cette fin, nous menons activement des collaborations comme celles-ci avec des organismes caritatifs du domaine de la santé un peu partout au pays. Cela nous permet de créer des communautés de soutien mutuel, bâties sur un objectif commun : libérer les Canadiens des ravages des maladies chroniques. »

À son siège de Toronto, la Société de l’arthrite partage déjà des locaux avec la Société canadienne de la sclérose latérale amyotrophique, la Société de recherche sur le cancer et l’Alliance de l’arthrite du Canada. Et en Colombie-Britannique, elle partage depuis bien longtemps ses bureaux de Vancouver et de Victoria avec Vancouver Coastal Health, un organisme qui, comme elle, prône un modèle de prestation de soins centré sur le patient.

« On doit trouver de nouvelles solutions pour aplanir les difficultés auxquelles sont actuellement confrontés les organismes caritatifs du domaine de la santé au Canada, explique Mme Yale. Nos donateurs nous ont accordé leur généreux soutien, et il nous incombe de gérer ces fonds de façon responsable pour que nos donateurs puissent avoir l’assurance que leurs dons répondront effectivement aux besoins des personnes atteintes d’arthrite dans leur communauté. Nous pensons de manière créative pour y parvenir – et nous tissons des partenariats fructueux qui aideront à fortifier le secteur caritatif canadien du domaine de la santé dans son ensemble. »

« Nos organisations ont toutes travaillé en collaboration pour optimiser l’utilisation des ressources, explique Rick Blickstead, président et chef de la direction de Diabète Canada. Ces déménagements permettront à chacun de nous de poursuivre notre mission et d’avoir une incidence sur notre communauté de façon efficiente. » 

« C’est gratifiant de travailler de cette façon avec nos partenaires du secteur caritatif du domaine de la santé, fait valoir Lisa McCoy, présidente de la division de l’Ontario et du Nunavut à la Société canadienne de la SP. Notre adresse a peut-être changé, mais la grande qualité des programmes et services offerts aux communautés est restée la même. »

Les informations concernant les déménagements ont été communiquées dans le marché par courriel, téléphone et Internet, et avec le soutien des médias locaux au besoin, afin d’assurer la continuité des services pour les personnes qui en dépendent.

Voilà l’une des nombreuses mesures que prend la Société de l’arthrite pour aider ses donateurs à améliorer la vie des personnes atteintes d’arthrite