DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES ATTEINTES DE SCLÉRODERMIE : couverture d’un traitement contre le phénomène de Raynaud par les assureurs privés au Québec

22 juin 2017

Du fait des politiques des compagnies d’assurance privées, certains patients québécois atteints de sclérodermie ont difficilement accès au traitement prescrit par leur médecin. Avec le soutien de la Société de l’arthrite, un comité régional mené par des patients de Sherbrooke s’efforce de changer cette situation.

En septembre 2014, le Comité d’aide aux médicaments et traitements a été formé à Sherbrooke pour aider les personnes atteintes de sclérodermie à accéder aux médicaments et aux traitements dont elles ont besoin. Cela suppose que certains médicaments soient couverts par les assureurs privés et publics pour une utilisation non indiquée sur l’étiquette (c.-à-d. une utilisation autre que celle pour laquelle le médicament a été approuvé par Santé Canada.)

L’utilisation du tadalafil pour le traitement du phénomène de Raynaud en est un exemple.

Le phénomène de Raynaud

Plus de 90 % des personnes atteintes de sclérodermie vivent aussi avec le phénomène de Raynaud, un syndrome qui se caractérise par un rétrécissement des petits vaisseaux sanguins dans la peau, particulièrement dans les extrémités. Dans les cas graves, des ulcères digitaux (plaies ouvertes sur les doigts ou les orteils) peuvent apparaître à mesure que les tissus de la peau se décomposent. Les ulcères digitaux sont très douloureux, et le processus de guérison est souvent très long.

Le traitement conventionnel contre le phénomène de Raynaud comprend la prise d’inhibiteurs calciques, comme la nifédipine ou l’amlodipine, qui détendent les vaisseaux sanguins et peuvent aider à réparer les ulcères de la peau. Toutefois, dans de récentes études, un autre médicament, le tadalafil, s’est révélé très efficace pour les patients réfractaires (les gens qui ne répondent pas à un traitement donné).

Le tadalafil

Le tadalafil est une sorte spéciale de vasodilatateur appelée inhibiteur de la PDE5. Vous le connaissez sans doute mieux sous ses noms de commerces : Viagra et Cialis. Le tadalafil détend les vaisseaux et augmente le débit sanguin, ce qui explique son efficacité dans le traitement du phénomène de Raynaud. Cependant, le médicament a d’abord été mis au point pour traiter le dysfonctionnement érectile. Sa prescription pour les patients atteints de sclérodermie et d’ulcères digitaux est donc considérée comme une utilisation non indiquée sur l’étiquette même si elle est largement acceptée par la communauté médicale.

Comme c’est souvent le cas avec les maladies rares, le fabricant n’a pas soumis de demande à Santé Canada pour ajouter le phénomène de Raynaud à la liste d’indications approuvées du médicament. Pour justifier son manque d’action à cet égard, il a évoqué les coûts du processus de demande par rapport au nombre de personnes qui recevraient une ordonnance pour cette indication.

La couverture pour une utilisation non indiquée sur l’étiquette

Les assureurs publics et privés évaluent individuellement chaque médicament faisant l’objet d’une utilisation non indiquée sur l’étiquette afin de décider s’il sera couvert pour cette utilisation. La Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), assureur public provincial, couvre les coûts du tadalafil pour les patients atteints de sclérodermie présentant des ulcères digitaux et ne répondant pas au traitement de premier recours que sont les inhibiteurs calciques.

Toutefois, les assureurs privés refusent souvent de couvrir les médicaments prescrits pour une utilisation non indiquée sur l’étiquette, ce qui exacerbe le stress des patients et retarde l’accès à un traitement efficace. Le coût explique peut-être en partie pourquoi les assureurs privés sont réticents à approuver une utilisation du tadalafil non indiquée sur l’étiquette. Celui-ci peut en effet être très dispendieux. Or, cette décision fait en sorte que certains patients continuent de suivre un traitement inefficace, compromettant ainsi leur santé et leur qualité de vie.

Avec le soutien de la Société de l’arthrite, le Comité d’aide aux médicaments et traitements de Sherbrooke fait pression sur les assureurs privés afin qu’ils couvrent l’utilisation non indiquée sur l’étiquette de ce médicament. Ce changement assurerait une plus grande conformité entre les politiques des compagnies privées et la position du régime d’assurance public, et, surtout, permettrait de préserver la qualité de vie des Québécois touchés.

Ces efforts sont aussi appuyés par :

Ce que vous pouvez faire

À l’appui de ce plaidoyer, le comité devra présenter des exemples de patients qui se sont vu prescrire du tadalafil pour le traitement du phénomène de Raynaud et indiquer si la couverture du médicament a été approuvée ou rejetée par les assureurs publics ou privés.

Si vous vous êtes fait prescrire du tadalafil pour traiter le phénomène de Raynaud, veuillez communiquer avec le Comité pour discuter de votre expérience : lucie.lemire16@videotron.ca.