Des sacs à dos hors de l’ordinaire pour la rentrée

KalebÀ 15 mois, alors qu’il venait à peine de commencer à marcher, Kaleb s’est mis à boiter. Tous les matins, sa jambe était raide et il n’arrivait pas à se mettre debout. C’est alors que le médecin a remarqué de l’inflammation dans son genou. Deux mois d’anxiété, de questionnements et de visites à la clinique se sont ensuivis.

Kaleb a dû subir des analyses sanguines et des radiographies, ainsi que des consultations avec deux spécialistes à Fredericton, mais aucune réponse n’en a découlé. « Entre temps, chaque matin, nous devions porter notre bébé d’un an et demi du lit jusqu’au divan, explique sa mère, Lynsey Hachey. C’était désolant. Mon petit garçon ne pouvait pas courir ni jouer. Il n’était pas lui-même. »

En septembre 2010, Lynsey et Kaleb ont accompli un voyage qui ferait bientôt partie de leur routine : cinq heures de voiture jusqu’à Halifax pour consulter le rhumatologue pédiatrique le plus proche. C’est ainsi qu’à 18 mois, Kaleb a reçu son diagnostic d’arthrite idiopathique juvénile.

Kaleb avait besoin de médicaments et d’injections articulaires régulières dans le genou et la cheville droites. Encore tout petit au moment de sa première injection, il a dû subir une anesthésie et a été incapable de marcher pendant les 24 heures suivantes. De plus, les médecins ont fabriqué un moule de sa jambe, et il a dû porter un appareil orthopédique toutes les nuits.

Faisons un saut jusqu’au présent. Kaleb est aujourd’hui un petit garçon actif de la maternelle qui adore la gymnastique, la natation et le patin. Il a eu six ans en mars, pendant le Mois de l’arthrite juvénile. Il comprend la maladie avec laquelle il doit composer. Parfois, la nuit, il demande à sa maman de lui apporter une débarbouillette chaude parce que sa jambe lui fait mal.

« Je pense à toutes ces fois où il avait mal quand il marchait et qu’il ne pouvait le dire à personne, se remémore Lynsey. Savoir qu’il a éprouvé toute cette douleur à un si jeune âge, ça me brise le cœur. »

Un sac à dos spécial

Lynsey s’efforce de calmer son anxiété. Au fil des ans, elle s’est énormément inquiétée pour Kaleb parce qu’elle craignait qu’il se blesse. Le Programme de sacs à dos de la Société de l’arthrite l’a aidée en ce sens. En effet, les sacs fournis ont été conçus pour les jeunes corps affligés par l’arthrite.

« Émotivement, c’est un soulagement pour moi. Savoir que son sac à dos a été conçu pour alléger le poids, ça m’évite des soucis puisque je sais qu’il n’a pas à forcer inutilement quand ses genoux ou ses chevilles lui posent problème. »

Kaleb semble apprécier son nouveau sac. Chaque soir, il dort avec l’ourson qui se trouvait à l’intérieur. Il n’a pas encore eu besoin de la compresse que l’on peut sortir de la peluche pour appliquer du froid ou de la chaleur sur une articulation.

La mère et le fils continuent de se rendre à Halifax en voiture tous les trois mois, un voyage qui a une incidence sur la scolarité de Kaleb et le travail de Linsey puisqu’ils doivent chaque fois passer une nuit loin de la maison. Mais l’excursion ne semble pas déranger le jeune garçon. Le personnel médical est sympathique et l’a vu grandir. Lors de son dernier voyage, Kaleb a d’ailleurs apporté son sac à dos avec lui pour le montrer aux infirmières.

Pour l’instant, Kaleb est en rémission.

Vous pouvez commander un sac à dos par l’entremise du rhumatologue de votre enfant.

Commentaires

Nicole Lambert
Y a-t-il un tel sac pour adulte? Je ne porte que des sacs à dos pour sac à main (pas toujours bien ajustés). J'ai 68 ans et je souffre d'arthrose depuis plus de 10 ans: on doit mettre une prothèse pour mon genoux droit en avril. J'ai de l'arthrose à la colonne cervicale, lombaire, aux mains (poignets,doigts), aux pieds (plante, orteils, chevilles). Que faire pour cette arthrose généralisée?
2016-03-06 16:26:39

S'abonner